Les femmes inaugurent le sport de glisse à Tahiti

0
240
Les femmes dans le sport de glisse

En août 2023, deux nouvelles branches de sports de glisse ont apparue, spécifiquement pour les femmes à Tahiti. Et ce, grâce à l’initiative de Kohotu Ariitai, ancienne Miss Tahiti. Elle lance le concept de rassembler les passionnées de surf locales afin qu’elles puissent pratiquer leur sport sans contrainte. Dans un environnement conçu par et pour les femmes. Dans cet article, nous vous proposons de découvrir le point de vue féminin de la jeune entrepreneuse sur le sport de glisse.

Tahiti, c’est un joyau naturel qui convient parfaitement au sport de glisse.

Située au cœur du Pacifique Sud, Tahiti représente plus qu’une simple destination de vacances, c’est un véritable paradis sur terre. Cette île bénie offre une profusion de paysages à couper le souffle, depuis les montagnes majestueuses et les plages de sable blanc jusqu’aux eaux cristallines et aux vagues spectaculaires qui l’entourent, faisant le bonheur des amateurs de plongée, de snorkeling et surtout de surf.


C’est probablement en contemplant cette splendeur que Kohotu Ariitai a eu l’idée de promouvoir la dimension féminine des sports de glisse. Alors qu’elle attendait ses amies sur les rives de Punaauia, son foil bien rangé dans le coffre de sa voiture, tout en observant les conditions idéales sur les eaux du lagon, elle a eu le réflexe de réunir les femmes adeptes de ce sport au sein d’une association dénommé « Wavehine ». Son objectif est de créer un lien entre les femmes qui partagent, comme elle, la même passion pour cette activité nautique.

Une passion qui s’est développée parmi d’autres

Kohotu Ariitai a cultivé de nombreuses passions tout au long de sa vie, mais c’est dans le domaine des sports nautiques, en particulier le surf foiling, qu’elle a finalement trouvé son chemin. Selon ses propres paroles, elle avait autrefois considéré les sports de glisse comme dangereux, mais en voyant des jeunes hommes s’épanouir dans cette activité, elle a décidé de surmonter ses craintes et de s’y essayer elle-même.

Dès ses premiers efforts, elle a rapidement conclu que cette discipline était grandiose, même si elle représentait un défi de taille. Depuis, elle a fait d’énormes progrès et s’est perfectionnée. Aujourd’hui, elle est coach sport de glisse, grâce à ses pratiques durant un an et demi. Dans le cadre de cette fonction, elle a décidé de créer « Wavehine » avec deux objectifs clairs :

    • Encourager et promouvoir la pratique de ce sport chez les femmes.
    • Attirer l’attention des marques pour que les femmes ayant atteint un certain niveau de compétence puissent bénéficier d’un sponsoring.

Le sport de glisse : une discipline exceptionnelle

De plus en plus de passionnés à travers le monde sont attirés par le sport de glisse. Cette discipline englobe diverses pratiques, dont le surf et le longboard. Ce qui la rend si unique, c’est la sensation de glisser sur les vagues. Une expérience artistique nécessitant de l’équilibre, de l’agilité et du courage.

Au-delà des défis qu’il représente, ce sport cultive un esprit communautaire. Les riders partagent une passion commune et se soutiennent mutuellement pour repousser leurs limites. C’est ce que confirme Vaimiti Teiefitu, en témoignant de la facilité avec laquelle des amitiés peuvent se nouer grâce à ce sport. D’ailleurs, cette ancienne Miss Tahiti 2015 fait déjà partie d’un groupe de surfeurs actifs sur la plage de Taharuu à Papara.

Sport de glisse, les origines

Les Polynésiens, pionniers sur la planète Terre à explorer l’art du surf et de la planche à voile sur toutes sortes de plans d’eau.

Justement, es Hawaïens ont développé et pratiqué six sports traditionnels différents liés au surf :

    1. He’e nalu , ou planche de surf ;
    2. Pākākā nalu , ou surf en pirogue à balancier ;
    3. Kaha nalu , ou bodysurf ;
    4. Pae po’o , ou bodyboard ;
    5. Il en est un , ou le sable glisse ;
    6. He’e pu’e wai , ou surf sur la rivière ;

Parmi tous les sports hawaïens, aucun n’a autant attiré la fascination des non-Hawaïens que l’art du surf.

Patrick Moser, dans sa compilation Pacific Passages, rassemble les premières observations européennes de ce sport à Hawaï. Notamment en résumant succinctement les différentes réactions. Celles-ci incluaient des sentiments de terreur et de choc, ainsi que d’étonnement et d’admiration. Tous entrelacés dans les premières descriptions du surf dans le monde occidental.

En 1778, le capitaine James Cook se rendit à Hawaï. Après son départ, il retourna plus tard sur la grande île d’Hawaï en 1779.

C’est alors que lui et son équipe sont devenus les premiers Occidentaux à observer et à raconter le surf traditionnel hawaïen . Ils sont tombés sur des surfeurs dans la baie de Kealakekua, documentant méticuleusement ce spectacle à couper le souffle.

Waikiki est unique au monde, étant le seul endroit où des pirogues à balancier sont utilisées quotidiennement sur les vagues, confirmant une pratique qui a prospéré pendant des siècles. Par ailleurs, dans The Hawaiian Canoe, un ouvrage écrit par Tommy Holmes, il est noté que surfer en canoë était une coutume « distincte et chérie par les anciens Hawaïens », un sentiment qui résonne encore aujourd’hui.

L’endurance de ce sport est principalement attribuée aux beachboys de Waikiki, qui proposent des promenades commerciales sur ces canoës.

Pour ceux qui n’ont jamais surfé, s’engager dans cette activité constitue une porte d’entrée passionnante pour ressentir l’adrénaline de surfer sur une vague sans avoir besoin de monter sur une planche de surf

Cette course, connue sous le nom de Walter J. Macfarlane Memorial Canoe Regatta, débute sur la plage en face de l’hôtel Moana. Ensuite elle contourne une bouée offshore et revient à travers les vagues dans une zone de surf reconnue sous le nom de Canoes.

He’e One : Glissement de sable  – Sport de glisse par 

L’affection des Hawaïens pour le surf s’étendait au-delà du simple fait de chevaucher les vagues vers le rivage ; cela englobait également le chevauchement des vagues depuis le rivage jusqu’à l’océan.

Ce sport est universellement connu sous le nom de he’e one , qui se traduit par « surf sur sable », ou en anglais, on l’appelle sand slide, skimboard ou simplement écrémage.

La forme primitive de glissement sur sable impliquait de chevaucher le ressac en utilisant uniquement son corps.

Sur les plages escarpées où les vagues atteignent le sommet de l’estran, les Hawaïens attendaient une vague en retrait, la poursuivaient, puis exécutaient une plongée à plat sur leur torse, attachaient leurs bras à leurs flancs et faisaient glisser l’eau en reflux vers le rivage.

Dans les premières années des années 1900, les surfeurs hawaïens de Waikiki ont imaginé diverses variantes du concept classique de glissade sur sable, en utilisant des planches paipo et des taies d’oreiller ou des couvre-matelas gonflés pour survoler la plage plutôt que simplement leur corps.

Auteur/Autrice

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici