L’athlétisme conjugué au féminin

0
179
L’athlétisme conjugué au féminin

L’athlétisme n’a pas toujours été accessible aux femmes. Pendant de longues années, les sportives ne pouvaient pas courir, lancer ou sauter comme les hommes. En parcourant cet article qui évoque l’athlétisme conjugué au féminin, vous allez vous rendre compte à quel point le chemin a été long pour les femmes qui souhaitaient participer à de grandes compétitions nationales ou internationales.

Un parcours de longue haleine

Durant de longues années, les hommes ont empêché les femmes de pratiquer l’athlétisme en avançant des problèmes d’esthétisme ou de santé. Il n’y avait pas de place pour les femmes aux compétitions des JO modernes à Athènes qui se sont déroulées en 1896.

Ce n’était qu’en 1936 que la FFA ou la Fédération Française d’Athlétisme a accepté d’ouvrir ses portes à la gente féminine. Sept siècles plus tard à Paris, le club de Fémina Sport a vu pour la première fois de l’histoire la pratique de l’athlétisme par les femmes.

Les pionnières de l’athlétisme 

Aux Etats-Unis, Agnès Wood du Vassar Collège Poughkeepsie à New-York a marqué l’histoire de l’athlétisme féminin en participant à une course de 201,8 m pour une durée de 30 secondes 3/5. Il s’agit du tout premier record d’athlétisme réalisé par une femme.

En décembre 1917, la Fédération des sociétés féminines sportives de France a été créée par Alice Milliat, une championne d’aviron. Cette dernière a demandé au fondateur des Jeux Olympiques modernes d’intégrer des épreuves féminines d’athlétisme pour les Jeux Olympiques de 1920.

Bien évidemment, sa requête a été refusée, ce qui l’a poussé à organiser un meeting féminin international d’athlétisme à Monte-Carlo. Par la suite, elle a créé à Paris les Championnats olympiques féminins. Durant cet événement, la française Lucie Bréard a décroché la médaille d’or au 1 000 m.

Par la suite, la participation des femmes aux JO n’a plus été un problème puisqu’en 1928 à Amsterdam, des épreuves d’athlétisme féminin ont également fait partie du programme. C’est Betty Robinson qui était la toute première femme de l’histoire de l’athlétisme à avoir décroché une médaille d’or. Cette Américaine a donc ouvert la voie aux autres athlètes.

Une vraie course d’obstacles 

Ces pionnières ont ouvert la voie aux grandes athlètes qui souhaitent démontrer leur performance dans les épreuves d’athlétisme. Le chemin pour en arriver est comme une vraie course d’obstacle puisqu’il était semé d’embuche.

Pendant plusieurs années, le corps des femmes a été considéré comme étant non adapté aux sports.  La sud-africaine et spécialiste de 800 mètres a connu ce genre de problème. En effet, sa participation à des compétitions sportives a été refusée depuis 2018 par la Fédération internationale d’athlétisme à cause de son problème d’hyperandrogénie. D’après la Fédération internationale d’athlétisme, cette athlète a un schéma chromosomique masculin XY. De ce fait, elle a des avantages injustes par rapport aux autres femmes athlètes.

Bien que cet incident représente encore l’une des failles de l’univers de l’athlétisme, il fait dire que cette discipline laisse tout de même place à l’inclusivité. On peut le prouver avec les onzièmes Championnats du monde de para athlétisme qui se sont déroulés à Paris en juillet 2023. Cette compétition a été la preuve que tout le monde peut pratiquer cette discipline sans être discriminé.

Lire aussi : Le sexisme dans le sport féminin

Voici quelques-unes des grandes athlètes féminines en athlétisme de l’histoire, chacune ayant laissé une empreinte indélébile dans ce sport :

  1. Florence Griffith-Joyner (États-Unis) – Surnommée « Flo-Jo », elle est considérée comme l’une des plus grandes sprinteuses de tous les temps. Elle détient toujours les records du monde du 100 mètres (10,49 secondes) et du 200 mètres (21,34 secondes), établis en 1988.
  2. Jackie Joyner-Kersee (États-Unis) – Athlète polyvalente en heptathlon et en saut en longueur, elle est l’une des figures les plus emblématiques de l’athlétisme féminin. Joyner-Kersee a remporté trois médailles d’or olympiques en heptathlon et une médaille d’or en saut en longueur.
  3. Wilma Rudolph (États-Unis) – Elle a été la première femme à remporter trois médailles d’or en athlétisme lors des Jeux olympiques de 1960 à Rome. Rudolph a été une source d’inspiration en surmontant des défis de santé pour devenir une athlète exceptionnelle.
  4. Marion Jones (États-Unis) – Jones était une sprinteuse et une sauteuse en longueur qui a remporté cinq médailles lors des Jeux olympiques de 2000 à Sydney. Cependant, sa carrière a été entachée par des scandales de dopage.
  5. Allyson Felix (États-Unis) – Elle est l’une des sprinteuses les plus respectées de l’histoire de l’athlétisme féminin. Felix a remporté de nombreuses médailles d’or olympiques et mondiales, notamment en relais et en courses individuelles.
  6. Javelot et Heptathlon :
    • Barbora Špotáková (République tchèque) – Elle est la détentrice du record du monde au lancer du javelot et a remporté de nombreuses médailles d’or aux championnats du monde et aux Jeux olympiques.
    • Nafissatou Thiam (Belgique) – Championne olympique et championne du monde en heptathlon, Thiam est l’une des athlètes les plus prometteuses de sa génération.
  7. Course de fond et de demi-fond :
    • Catherine Ndereba (Kenya) – Elle est considérée comme l’une des meilleures marathoniennes de l’histoire, ayant remporté de multiples titres majeurs, notamment le marathon de Boston et le marathon de Chicago.
    • Hassiba Boulmerka (Algérie) – Elle a marqué l’histoire en remportant le 1500 mètres aux Jeux olympiques de Barcelone en 1992, devenant ainsi la première femme musulmane à remporter une médaille d’or aux Jeux olympiques.
  8. Saut en hauteur :
    • Stefka Kostadinova (Bulgarie) – Elle détient toujours le record du monde au saut en hauteur féminin, avec un saut de 2,09 mètres, établi en 1987.
  9. Course de demi-fond et de fond :
    • Tirunesh Dibaba (Éthiopie) – Elle est l’une des meilleures coureuses de longue distance de tous les temps, avec de nombreuses médailles olympiques et mondiales en cross-country et sur piste.
  10. Sprint :
    • Gail Devers (États-Unis) – Elle a remporté deux médailles d’or olympiques au 100 mètres et au 100 mètres haies et est considérée comme l’une des sprinteuses les plus polyvalentes de l’histoire.

Cette liste n’est qu’un aperçu de quelques-unes des athlètes féminines les plus exceptionnelles de l’histoire de l’athlétisme. Il existe de nombreuses autres athlètes talentueuses qui ont réalisé des exploits remarquables dans ce sport au fil des décennies.

Auteur/Autrice

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici